Web3 : Tout savoir sur le la nouvelle génération d’internet

Web3 est le concept de l’internet de troisième génération, basé sur la Blockchain et le métavers. Son principal avantage est la décentralisation, à l’inverse du web actuel dominé par les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Le web3 est devenu un mot à la mode dans le monde de la technologie. Sur les réseaux sociaux, il constitue le sujet de conversation des géants technologiques. En 2021, les investisseurs ont investi 30 milliards de dollars dans des startups fondées dessus. Sans compter le fait que des ingénieurs brillants quittent des métiers attrayants dans des entreprises telles que Facebook afin de s’y embarquer.


L’histoire du web

Pour comprendre le Web3, il semble nécessaire de connaître tout ce qui l’a précédé.

Au début, on avait le web1, Il comprenait une collection de liens et des sites Web non interactif. Vous pouviez seulement lire et publier du contenu de base. Le Web2 est venu ensuite. Grâce à lui, il était possible de créer du contenu, de le modifier et de le publier sur des blogs et des forums Internet. Plus tard, les plateformes de médias sociaux, notamment Facebook, Twitter et Instagram, sont apparues avec la propulsion de la fonction du partage.

Avec le temps, beaucoup ont pris conscience de la manière dont les données personnelles étaient collectées par des géants de la technologie et utilisées pour créer des publicités et des campagnes marketing sur mesure.

Le Web2 a généré de nombreux services gratuits. Mais la grande majorité des utilisateurs ont voulu avoir plus de contrôle sur leurs données et leur contenu. C’est à partir de ce moment que le web3 a commencé à émerger.


Qu’est-ce que le web3 ?

La philosophie du Web3 consiste à changer de paradigme en adoptant une version décentralisée du web, construite grâce à la blockchain. Cette technologie s’apparente à un registre numérique qui permet de stocker et de transmettre des informations et des fichiers sans organe central de contrôle, de manière sécurisée et transparente sans la révélation de l’identité réelle des utilisateurs.

C’est sur ce système que repose le fonctionnement des cryptomonnaies, les NFT et les metavers.


Quel est l’avantage du Web3 ?

L’avantage du Web3 serait sa décentralisation. Plutôt que d’accéder à internet via les services de géants comme Apple, Google ou Facebook, les individus pourraient contrôler et posséder eux-mêmes la toile.

L’autorité centrale des GAFAM ne serait plus nécessaire pour déterminer qui peut utiliser quels services. Il n’y aurait plus non plus d’intermédiaire pour les transactions. La confidentialité des internautes serait mieux protégée, car ces intermédiaires et les autorités sont à la source d’une majeure partie de la collection des données.

L’un des avantages du Web3 attirant beaucoup l’attention est la finance décentralisée ou « DeFi » . Il s’agit de mener des transactions financières sur la blockchain dans le monde réel, sans l’assistance des banques ou du gouvernement.


Que faire sur le Web3 ?

L’industrie du jeu vidéo est un excellent exemple. Les joueurs se plaignent sans cesse des bugs que les développeurs laissent dans leur jeu vidéo préféré, ou de la façon dont le dernier patch a bouleversé l’équilibre de leur arme favorite. Avec le Web 3, ils peuvent investir dans le jeu et voter sur la façon dont il doit être géré. 

Actuellement des grandes entreprises du jeu vidéo créent des mondes virtuels alimentés en partie par le concept du Web 3.

Les NFT vont aussi jouer un rôle énorme dans ce concept. Ils permettent aux joueurs de devenir les propriétaires immuables des objets qu’ils accumulent et ils leurs facilitent le commerce d’objets dans la metavers.


Les avis des géants du web sur le Web3

Malgré ses belles promesses, le Web3 compte également de nombreux détracteurs, parmi lesquels Elon Musk, le fondateur de Tesla et de SpaceX qui a souligné que le concept n’avait encore engendré aucun projet concret.

Google a choisi de se montrer plus prudente concernant cette innovation Web3 malgré que la firme est habituée à suivre les tendances comme les lunettes VR / AR, les chatbots ou les réseaux sociaux.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette réticence. On peut penser que Google n’a pas d’intérêt à promouvoir un web décentralisé, alors qu’il règne actuellement sur internet. La publicité, première source de revenus du GAFAM, n’aurait sans doute plus sa place sur le Web3 !


Les risques à craindre

Certains estiment aussi qu’une telle « révolution » ne pourrait pas échapper à la mainmise des financiers. De la même manière que plusieurs grandes banques investissent aujourd’hui dans les cryptomonnaies dans l’espoir de générer des bénéfices malgré que l’ambition initiale consistait justement à se passer d’elles.

Jack Dorsey, le fondateur de Twitter a affirmé « Vous ne possédez pas le Web3, ce sont les sociétés de capital-risque et leurs partenaires financiers qui le possèdent. Il n’échappera jamais à leurs motivations. Il s’agit finalement une entité centralisée avec une étiquette différente. Sachez dans quoi vous mettez les pieds… »


Enfin, dans un univers où le pseudonymat s’imposerait , endiguer le flux de transactions criminelles (type blanchiment d’argent) et le harcèlement en ligne pourrait devenir encore plus complexe.

error: Content is protected !!